Ce chateau... Et ces rivières de miel qui courent, Ces coursives idéales Dans lesquelles tu ne peux te cacher, Quand l'étreinte... Abandonnant... Et peindre Ces Mirages, Et brille la lumière qui fend l' armure.

Ces manêges de bois qui s'enfuient si loin Dans des galops assourdissants, Ces bougies qui mênent aux sentiers, par delà les champs Car belle rose jamais tu ne fanes. Entends ! L'aube nouvelle pointe Cette Musique, Cette mélodie du bonheur, Le piano de ton coeur le violon de ton âme, Mon auberge par grands froids, mes contes fabuleux pour repousser mes peurs, Cet indefinissable charme.

Va, mon petit coeur ... Il est tard ! Ne perds pas d' temps! Sauve-toi vite ! La fête t'attend !
Ris, amuse-toi !
Danse, sois gaie !
En route, ma belle !
Et fouette, cocher !

Princesses

Du haut de l'Arbre magique, vois : Elles s'échappent les petites souris, dévorent les chamallow, se chamaillent... Qui atteindra la première la bonbonnière, Quel Sésame pour grignoter les cupcakes, quelle intrépide pour voler la dragée...? Qui s'est cachée dans le soulier et guette le carrosse...? Pas la fée Carabosse ! Petite souris, tu n'es pas un crapaud !


Pour que le voyage continue
Scrollez vers bas

Lanterne allumée Ètain caressé, Dort Aurore Le petit jour approche. À l'heure du souper, au château de Store, Brunhilde, La Beauté et la Grace, S'endort. Des princesses des promesses et des sorts, Seul le miel, Un baiser, Saura vous reveiller. Cent années et des hirondelles, à son chevet agenouillé, Prince lêve le voile, Et découvre son coeur. Dans ses yeux, Rieurs, Belle Brillent des etoiles. Lanterne allumée, Juste un baiser, Effleuré, Saura vous reveiller.